Mon nom est Orchis tridentata . Je suis une plante plutôt frêle , aux fleurs petites rassemblées en épi dense qui au départ est presque pyramidal pour devenir sphérique à ovoïde quand toutes les fleurs sont épanouies . Du niveau de la mer jusqu’à 1800 m d’altitude , je fréquente les pelouses maigres , prairies non amendées et garrigues ouvertes sur sol caillouteux calcaire , pourvu que ce soit du côté ensoleillé . Quelques feuilles dressées à la base de la tige , ainsi qu’une rosette de 5/6 feuilles non tachetées . A vrai dire , si on se contentait d’un coup d’œil trop rapide et qu’on ne regardait pas ces feuilles , on pourrait me confondre avec de la ciboulette !
Orchis tridentata
Pétales et sépales forment un casque pointu rosé (de Provence bien entendu) avec des rayures longitudinales violet foncé à l’intérieur , vert marron à l’extérieur . La colonne est assez dégagée avec une forme en tête de canard . On se demande où j’ai pu aller chercher cela , car dans mon milieu , des canards , on n’en voit pas ! ici , on distingue l’éperon clair orienté vers le bas , légèrement arqué , qui longe l’ovaire sur presque toute sa longueur . On voit également les bractées membraneuses lilas , ainsi que , sur les fleurs non totalement épanouies , le labelle lové dans le casque .
Orchis tridentata
Le labelle blanc est trilobé , couvert de taches violettes . Les bords extérieurs sont relevés , le lobe médian est subdivisé en deux partie avec parfois une petite dent entre les deux lobes . Les extrémités des lobes sont plus ou moins denticulées .
Orchis tridentata
Sur ce gros plan , on distingue bien les trois pointes du casque qui me valent le nom tridentata .
Orchis tridentata
Je ne vis pas seule dans la garrigue , et il m’arrive de m’acoquiner avec Orchis ustulata . On obtient alors cet hybride Orchis x dietrichina qui a le casque plus foncé , la colonne moins visible , le labelle plus plan , et qui est en général plus robuste que moi .
Orchis tridentata