1. Origine et descriptif des Paphinia :


    Ce genre compte une quinzaine d’espèces originaires de l'Amérique tropicale, du Costa Rica au Pérou à l’ouest, en passant par le Vénézuela , la Guyane et le Brésil à l’est. L'éthymologie du nom Paphinia viendrait en référence au nom chypriote Paphia donné à la déesse Aphrodite, déesse de la beauté.
    Ce sont des plantes épiphytes qui poussent aux pieds des arbres ou même sur la mousse des sous bois en forêt très humide.
    Ils ont des pseudobulbes ovoïdes, plus ou moins étirés et parfois un peu anguleux, avec 3 ou 4 grandes feuilles nervurés (un peu façon Cypripedium ou Eulophia )qui tombent après la floraison.
    La hampe florale assez courte porte 1 à 5 fleurs sur une tige fine qui sort de la base de la nouvelle pousse, et pousse orientée horizontalement ou parfois même vers le bas.
    La fleur qui mesure de 8 à 15 cm semble très grosse pour la taille de la plante. Elle a des pétales et sépales étroits de longueurs égales et un labelle plus court, trilobé, terminé par des excroissances en forme de poils. Les couleurs vont du blanc au rouge en passant par le rose et l’orangé. La durée de floraison est plutôt brève (de 8 à 15 jours) mais cette brièveté est compensée par une refloraison plusieurs fois dans la saison.
    La plupart des Paphinia fleurissent de l’hiver au printemps , poussent de mai à septembre et se reposent en hiver.
    Paphinia
  2. Culture des Paphinia :


    • Croissance :


      Durant la croissance, les Paphinia ne supportent pas la sécheresse. Les nuits ne doivent être trop fraîches. En période de grande chaleur, arroser aussi autour de la plante. Ils peuvent alors aussi être cultivés à l’extérieur (attention aux limaces et aux escargots).
    • Support et compost :


      Il sera composé d'écorce de pin fine (50%), de sphagnum (25%) et de mousse de polyurétane (25%). Dans ce cas, il vaut mieux placer la plante dans un panier suspendu à cause de la hampe florale non dressée et parfois descendante. Dans ce cas, on prendra soin de ne jamais laisser le compost se dessécher complètement.
      Mais on peut aussi les cultiver sur plaque. Dans ce cas, il faudra placer la plante près d’un brumisateur pour garder une forte humidité sur les racines.
      Paphinia
    • Température :


      Ce sont des plantes de serre tempéré chaude à serre chaude selon leur milieu d’origine. Grosso modo, disons pour les plus nordiques (serre chaude) de 25°C à 30°C le jour (ne pas dépasser 35°C) et de 18°C à 25°C la nuit pendant la période de croissance. En hiver, 20°C leur convient et la nuit il faut éviter de descendre en dessous de 13°C. Plus on descendra vers le sud ou que l’on montera en altitude, plus il faudra baisser la température. Sur la figure qui suit, on a représenté les zones de distribution très approximatives des espèces. Les numéros correspondent aux espèces suivantes, avec leur altitude :
      1 : Paphinia subclausa 900
      2 : Paphinia vermiculifera 800 à 1000 m
      3 : Paphinia rugosa 250 m , Paphinia seegeri 100 m
      4 : Paphinia neudeckeri 1000 m , Paphinia posadarum 1500 m
      5 : Paphinia hirtzii , levyae , litensis 500 m
      6 : Paphinia benzingii 750 m
      7 : Paphinia herrerae 1000 m
      8 : Paphinia grandiflora 300 m
      9 : Paphinia dunstervillei 300 m
      10 : Paphinia cristata , lindeniana se retrouve sur presque tout le nord de l’Amérique du sud à basse altitude et sont donc adaptés à la serre chaude.
      Paphinia
    • Lumière :


      C’est une plante de sous bois et de 10 à 15000 lux lui suffisent.
    • Arrosage :


      Après le rempotage, arroser doucement, faire attention de ne pas laisser l'eau pénétrer dans l'entonnoir formé par les jeunes feuilles car cela provoque la pourriture très rapide des pousses. Il est donc déconseillé d’arroser par le dessus , mais il est préférable de plonger le pot dans la solution. Arroser régulièrement tout l'été pour avoir un substrat bien humide. L’hiver, il faut diminuer les arrosages mais ne pas laisser le substrat sécher complètement. Attention à Paphinia benzingii qui pousse dans une région recevant 6000mm de précipitation annuelle !
    • Hygrométrie et aération :


      Les Paphinia poussant en sous bois, il convient d’avoir un taux d’hygrométrie élevé, de l’ordre de 50 à 60% en période de repos hivernal, mais voisin de 80 % l’été. Il est possible de brumiser le dessous des feuilles, mais attention à l’eau qui s’écoulerait dans le cornet des pousses. Pour les possesseurs de fontaines, les disposer à proximité fera leur bonheur. Il convient, enfin, de ne pas oublier la ventilation, utile pour éviter les pourritures.
    • Fertilisation :


      Mettre de l'engrais dilué deux fois par mois jusqu'à la fin de l'été. Mais attention de ne pas laisser les sels s’accumuler, car cela détériore leurs fragiles racines. On cessera l’apport d’engrais pendant le repos hivernal, et on reprendra à l’apparition de la reprise de végétation.
    • Rempotage :


      Rempoter chaque année, dès que les nouvelles pousses apparaissent, car dans les conditions chaudes et humides, le compost se dégrade très vite.
    • Divisions :

      A éviter un maximum car ce sont des plantes plutôt casanières.
  3. Quelques espèces :


    Paphinia herrerae : cette espèce est très fréquente dans les collections françaises :

    Paphinia cristata : l’espèce présentée en première photo a été vendue en tant que Paphinia clausula . Mais Kew Garden ne reconnaît pas ce nom et considère que c’est synonyme de Paphinia cristata.. Pourtant la structure de la fleur est fort voisine de celle de Paphinia herrerae ci-dessus et peu semblable à celle de Paphinia cristata. Alors si vous avez une idée précise (erreur d’étiquetage, variété peu fréquente, hybride ?), merci de nous en faire part en laissant un commentaire.
Cet exposé a été réalisé, et présenté lors de la réunion de Juin 2009 par Philippe Lemettais de la section de Sainte Savine.
Photos Philippe Lemettais