Nous vous proposons ici un billet sur l’installation d’une serre à orchidées réalisée par Cyrille. Ce qui nous a paru important, c’est de justifier les choix, et de présenter quelques astuces pour gagner de la place.
  1. Choix :
    Choix d’une serre en polycarbonate alvéolé de 6 mm (meilleur isolant que le verre à poids égal) sur profilés d’aluminium et à parois inclinées (cela donne moins de prise au vent et augmente la surface au sol pour une même hauteur, tout en fournissant plus de lumière aux plantes situées au sol). Un ancrage en profondeur avec du fer à béton de gros diamètre permet d’éviter le renversement en cas de très grosse tempête.
  2. Décoffrage :
    Creusement sur une profondeur d’environ 15 cm à l’intérieur pour accroître le volume et donc l’inertie thermique. Un rang de parpaings permet de maintenir le sol et permet de poser les plantes demandant beaucoup de lumière et une température plus fraîche. Sol en terre battue pour apporter une régulation de l’humidité atmosphérique.
  3. Aération :
    • Une aération haute, à ouverture automatique, tournée à l’opposé des vents dominants pour éviter l’arrachement.
    • La porte coulissante pour l’entrée d’air associée à une porte à moustiquaire pour éviter l’intrusion d’insectes et d’animaux domestiques.
    • Ventilateur supplémentaire en été, mais attention au risque de dessèchement des plantes si on ne brumise pas suffisamment.
  4. Etagères :
    Elles sont fabriquées en plexiglas (incassable et laisse passer la lumière aux étages inférieurs) sur tréteau de bois (poser les pieds sur des pavés pour éviter le pourrissement). Deux niveaux , en haut 30 cm de large, en bas 70 cm, les étagères étant découpées dans des plaques de 1 m de large. Certains utilisent des étagères recouvertes de feutrine pour retenir de l’eau et augmenter la réserve d’humidification, mais cela bloque la lumière pour les plantes en dessous.
  5. Le long de la paroi verticale :
    A l’extrémité ; un grillage de clôture rigide fixé sur les profilés. Il permettra d’accrocher des plantes en paniers suspendus. Le grillage est incliné de telle sorte que l’excédent d’arrosage des plantes du haut ne tombe pas sur celles du bas. Idem en horizontal près du plafond. Pour suspendre les plantes, des crochets fabriqués avec des portes manteaux métalliques des teintureries (gratuits et inoxydables, ou presque)
  6. Au sol :
    Quelques dalles pour marcher les pieds au sec, mais on peut aussi mettre des vieilles tomettes qui ont en plus un très fort pouvoir de rétention d’eau pour augmenter l’humidité en été.
  7. Isolation :
    Une couche de plastique bulle permet d’accroître l’isolation : A l’intérieur, il peut être fixé sur les profilés avec vis et rondelle , ou simplement appliqué à la brosse sur la paroi pré-humidifiée à l’aide d’un pulvérisateur, la face lisse étant appliquée sur la paroi. A l’extérieur, des collants se dégradent très vite aux UV, mais on peut utiliser des gaines électriques en PVC rigides que l’on coince arc-boutées dans les gouttières.
  8. Ombrage en été :
    • Soit avec une toile d’ombrage
    • Soit avec un coup de blanc sur l’extérieur du plafond. Dans ce cas, on peut utiliser
      un produit commercialisé (Solabiol, très efficace mais cher et qui colle un peu trop quand il faut l’enlever à l’automne)
      un mélange maison (500 g de blanc de Meudon, 0,5 l d’eau, 1 verre d’huile de lin, ½ verre de colle à papier peint) qui a l’avantage de devenir plus translucide quand il pleut et donc de bloquer moins de lumière. De plus il se dégrade progressivement au cours de l’été, donnant progressivement de plus en plus de lumière au fur et a mesure que la lumière se fait plus rare.
  9. Arrosage :
    • Un grand bac à moitié enterré permet d’avoir une réserve d’eau à température ambiante (pas de choc thermique lors des arrosages).
    • Une pompe parapluie donne une pression suffisante pour que les buses donnent un brouillard assez fin.
    • Deux réseaux de tuyaux que l’on peut alimenter indépendamment :
      l’un équipé de buses pour la brumisation (pour augmenter l’humidité atmosphérique)
      l’autre avec des goutteurs qui permettent de distribuer de l’eau sur les tablettes (pour l’arrosage). Un programmateur permet d’automatiser les arrosages pendant les absences. Et le bac est alimenté en eau de pluie régulièrement (pas de problèmes cette année !!!). Un filtre sur le réseau brumisation évite que des fines particules ne bouchent des buses.
  10. Chauffage :
    Alimentation électrique avec prises étanches, un ou deux radiateurs à air pulsé commandés par un thermostat, ce qui permet d’imposer une température variant entre deux limites extrêmes. Attention, si vos radiateurs sont trop puissants, votre thermostat devra être protégé par un relais de puissance. Certains d’entre nous préconisent aussi un petit radiateur permanent (bain d’huile) pour le chauffage « de fond » , ainsi qu’un cloisonnement vertical par des plastiques bulle qui pendent jusqu’à 1,50 m du sol, ce qui permet de ne pas avoir la même température partout.

Extraits du FORUM :
  • Le chauffage
    Bonjour,
    Je suis en train d'installer une serre et je me pose la question du chauffage. Voila mon interrogation : existe t il un système de chauffage électrique à air pulsé (classique style salle de bain ?) que l'on pourrais coupler avec un programmateur horaire et une sonde thermique? Le but serais en hiver de programmer une fourchette thermique comprise entre 18 -20 °C le jour et 14-16°C la nuit par exemple. L'objectif est de savoir si on peux bricoler ce type d'appareillage en évitant d'en acheter un tout fait (donc onéreux...). Avis à tous les bricoleurs serristes et autres, pour des conseils voire des fiches techniques !! Merci CYRILLE
    Bonjour CYRILLE,
    dans ma serre, j'ai opté pour un système plus simple jouant sur le cloisonnement et les pertes thermiques inévitables. Le radiateur est à une extrémité, avec dessus une auge de maçon pleine d'eau pour l'humidité. Une grille d'un vieux frigo permet de placer des plantes juste au dessus. Un plastique bulle enveloppe le haut jusqu'au niveau de la grille. Deux plastiques bulle verticaux descendant jusqu'à 1,50 m du sol forment un cloisonnement vertical. Un petit ventilateur d'ordinateur souffle sur le radiateur (en bas) pour disperser un peu de la chaleur. Ainsi dans chaque cellule la température est de 25/27 au dessus du radiateur à 15/18 à l'autre extrémité. La température baisse la nuit à cause des pertes inévitables. Le plastique vertical permet de pulvériser de l'eau dessus et ainsi d'assurer une bonne humidité qui n'est pas forcément la même dans toutes les cellules. En cas de grand froid, un second radiateur placé au centre permet d'éviter que la température ne baisse trop. Cordialement. PHILIPPE
    Bonjour,
    comme CYRILLE je viens de m'acheter une serre que j'ai placée sur mon balcon. Elle n'a le soleil direct que tôt le matin et en fin d'après midi. On a mis un voile d'hivernage sur la paroi pour protéger le soleil du soir. J'ai placé un ventilateur couplé avec un humidifateur à ultra sons qui marchent de 1/4 heures ( marche, arrêt ) de cette façon j'ai au moins 60 °/o d'humidité en journée . J'ai programmé de 7 heures le matin à 18 heures. Pour l'hiver j'ai prévu un radiateur électrique soufflant pour la circulation d'air. J'attends vos conseils, vos expériences etc.... Actuellement je rencontre un petit souci quand il fait plus frais: j'ai remarqué que des gouttelettes avaient tendance à se condenser sur les feuilles de mes phalaenopsis mais ça disparaît dans la journée ( j'ai peur de la pourriture ). Je ne vous parle pas d'une petite invasion de cochenilles à carapace que je jugule au cure dent. Pour répondre à Sylvaine moi qui suis écolo je te conseille la lutte intégrée ça marche trés bien. Tu mets des coccinelles sur tes orchidées et tu seras surprise. Si tu as une grosse invasion elles se reproduiront, les larves issues de leur union sont très voraces. J'ai vu le résultat sur des farineuses JUJULEN51
    Bonjour,
    pour répondre à Cyrille (celui qui à des moustaches ( je parle pas des cheveux)) pour la serre il reste pas un peu de place dans la chambre à coucher? moi j'ai réussi à la mettre sur mon balcon ! Mais au secours!!!! le matin ça condense un max sur les feuilles, je sais que les orchidées aiment bien l'humidité du matin mais là j'ai un peu peur quand même. Actuellement dans la serre il y a des vandas, des phalaenopsis, angraecum compactum. Merci, à bientôt de vous lire. BERNARD, JOCELYNE
    Bonjour BERNARD,
    pour ce qui est de la condensation, cela peut être un problème uniquement si elle met trop longtemps à s’évaporer le matin. Plusieurs possibilités à conjuguer si on veut l’éviter. La condensation se forme si le taux d’humidité dans l’air est monté très haut (au moins 75%) et que l’abaissement de température est important(environ 10°C). D’autre part, la condensation se fait d’abord sur les surfaces ayant un petit rayon de courbure, ce qu’on rencontre sur les plantes poilues par exemple, ce qui donne des photos magnifiques de rosée ou de givre en hiver. Enfin, la condensation se fait d’abord là où il y a déjà des fines gouttelettes. Si on a compris cela, on trouve plusieurs moyens pour éviter une condensation trop forte sur les plantes qu’on veut protéger.
    1°) Eviter des trop fortes variations de température en isolant au maximum.
    2°) Pulvériser le soir un fin brouillard sur des plantes hôtes (des fougères adorent cela) qui récolteront l’essentiel de la rosée.
    3°) Evacuer l’air de la serre le soir (il renferme un fort taux d’humidité) et le remplacer par l’air extérieur plus sec. Le taux d’humidité va momentanément chuter, puis remonter dans la nuit sans atteindre la saturation. Mais il faudra réhumidifier en début de matinée.
    4°) Faire circuler l’air dans la serre pour éviter les zones grosses différences d’humidité favorables aux condensations (et au botritis).
    Avec tout cela , tu va t’apercevoir que certains coins de la serre reçoivent plus de rosée que d’autres. Alors à toi de mettre les bonnes plantes au bon endroit. Bonne culture PHILIPPE
    Bonjour,
    merci PHILIPPE pour tes conseils éclairés, on avait remarqué une plus forte condensation à proximité de l'humidificateur, mais comme tu le dis elle s'en va dans la matinée. Pour l'instant on commence à voir des résultats: on avait de gros problèmes avec les vandas, hé bien elles se mettent à faire des racines et des feuilles. Tous les matins elles sont baignées dans de l'eau à laquelle Jocelyne a ajouté un comprimé de crotte de bique ( oui je le jure ça existe on a acheté ça à Rayanne à l'expo de Châlons ) ça à l'air de leur plaire. En journée on a un taux d'humidité qui avoisine 70 % et la température avoisine 30°C selon la température extérieure. J'attends de lire vos expériences, vos échecs, et vos réussites bien sûr. Encore merci pour la mise en place de ce forum, à bientôt . JOCELYNE, BERNARD
    Bonjour,
    Je viens d'installer un chauffage à air pulsé couplé à un thermostat. Suite à un petit branchement 'maison', cela fonctionne ! Je peux programmer deux paliers de température mini jour/nuit. Me voila j'espère armé pour affronter les rigueurs de l'hiver en Champagne!!! Et installer mes très chères dans un nid douillet pendant les mois les plus froid. CYRILLE
  • Quand rentrer les plantes
    Bonsoir,
    juste une question;nous sommes le 6 septembre et vu le temps, est-ce qu'il ne faudrait pas rentrer quelques orchidées ? Merci pour la réponse. A + RITA
    Bonjour RITA,
    Vu les T°C qui sont fraîches en ce moment, j'ai rentré dans la serre quelques plantes sensibles : des vanda et oncidium en instance de fleurir (pour ne pas perturber la floraison). Le reste je les laisse pour le moment. Comment font les autres ? Cela m'intéresse aussi. CYRILLE
    Bonjour,
    merci pour cette réponse, je n’ai pas osé rentrer les Onc.ornitho, Aerangis distincta, Bulbo.??(la 1er floraison depuis 5 ans, va savoir le nom ?) , en train de développer leurs hampes, Ang.scottianum (pas loin de fleurir) et qq autres, bon j'irais chercher ma Vanda (je hais les Vanda) et Ascoc. pour leur faire passer la nuit a l'intérieur. J'espère avoir d'autres avis. RITA
    Bonjour tous le monde
    pour répondre à CYRILLE, je n'ai rentré que mon Cochleanthes Marie Bard, Gomesa x Comparetia et mon Dendrobium nobile qui commence à fleurir. Sinon pour le reste rien de changé. Mais ne pas oublier que ma petite cour est abritée, (quant il fait – 6°C cela descend en réalité à -10 / -12 dehors.) J'espère que ces renseignements ont pu servir. Au revoir et à bientôt. PATRICE
    Bonsoir CYRILLE
    pour te répondre à part les vandas et phalaénopsis tout est dehors, c'est à dire les cymbidium, les cattléya, les paphiopédilum, les bulbophilum, coelogine cristata, dendrobium tetragonum, epidendrum. JUJULEN51
    Coucou,
    Concernant les plantes à rentrer ou non, celles que j'ai sorties sont toujours toutes dehors (cattleya, cymbidium, dendrobium, paphio, dracula, oncidium, odonto et apparentés, pléione, coelogyne etc..) ; il me faut habituellement une motivation efficace pour les remettre dans les serres, habituellement c'est l'annonce par la météo d'une nuit en dessous de zéro degrés. Je te conseille néanmoins de rentrer les plantes en boutons, ne serait ce que pour les soustraire à la voracité concupiscente des limaces et autres gastéropodes. Personnellement j'en suis plutôt à faire le deuil de sortir toutes celles que je voulais faire estiver et que je n'avais pas encore pris le temps de mettre dehors! Alors les rentrer... Hola, tout doux!...MARIE
    Bonjour,
    il est en fleur, mon aerangis distincta avec un éperon ééééénorme, au moins 12 cm. Mais elle sent ??? Je vais la rentrer pour profiter pleinement. J'espère que pour la réunion elle le sera toujours. A + RITA
    Bonjour
    La météo fraîche de ces derniers jours (15 septembre) et les pronostics peu favorables m'ont décidé : j'ai rentré toutes mes plantes (sauf les cymbidiums bien sûr) ce soir! Et voila le travail!!! CYRILLE
    Bonjour,
    Oui, moi aussi j’ai passé ma soirée d’hier a rentrer les plus frileuses, sauf les Cymbidium, Coelogyne, Maxillaria, et Dendrobium style kingianum. Ce matin à 2H30 , il a fait 4°C. Donc tout ce petit monde est devant la fenêtre de la salle à manger en attendant l'installation ce W.E. RITA
    Bonjour,
    Houlaa, impressionnant, ce forum marche fort ! Alors moi j'ai pas encore rentré de plantes, mais je pense que ce week-end je vais le faire. Au moins les plus fragiles. Par contre j'ai vidé les réserves d'eau des plantes en hydroponie passive. Par ce que eau + froid... pas trop bon pour les racines. Pour ceux qui veulent faire de même, il faut bien rincer les pots à l'eau claire pour nettoyer les sels des engrais, et ensuite on arrose par le dessus comme si elles étaient en substrat normal. A bientôt. CYRIL
    Coucou,
    En effet les messages pleuvent ici. J'ai rentré quelques plantes moi aussi, cependant comme je les ai rempotées et divisées au passage le rythme n'est pas bien rapide! Mais comme cela j'aurai plein de nouveaux trucs à vous proposer à la prochaine bourse aux plantes! MARIE
    Bonjour à tous,
    Ca y est j'ai isolé ma serre hier! C'est désormais devenu un gros bonbon emballé de plastique à bulles à l'extérieur! Encore quelques finitions et ce sera ok pour cet hiver je pense. CYRILLE
  • Arrosages l'hiver
    Bonjour et meilleurs voeux à toutes et tous,
    J'hésite à arroser mes orchidées de serre froide car il y a actuellement 10° dans la pièce. Je voudrais un avis, sachant que je n'ai pas arrosé depuis au moins 15 jrs, tout juste un peu brumisé., mais la terre me parait sèche Merci pour votre réponse. DANIELLE
    Bonjour DANIELLE:
    A dix degrès les besoins en eau de tes orchidées sont effectivement très réduit, de plus cela dépends des espèces concernées. Quand il fait froid, dans le doute s'abstenir n'est jamais très risqué alors s'un arrosage intempestif peut être mortel. Chez moi dans la serre principal la température varie de 4 à 30 degrès( à mi hauteur) pour des plantes extrêmement diverses , du phalaeno ( voir enanthes sanderiana , réputée comme une des plus intolérante au froid qui soit!) au masdevellia ou aux coelogynes froides. Très curieusement toutes supportent sans broncher , sauf les vanilles, qui meurent dans ces conditions. Beaucoup adorent, comme les vandas " froids" type coerulea ou fragans, neofinetia ou les phragmis kovachi! Sans compter les laelias anceps par exemple. Mais je pense que la légendaire sécheresse dans laquelle je cultive n'est pas pour rien dans cette tolérance étonnante. J'arrose une fois par mois l'hiver. Bonne culture. MARIE
    Bonjour,
    Merci MARIE pour ta réponse. Tu me rassures car j'étais vraiment inquiète pour mes plantes J'en ai perdu que j'avais rempotées en automne (je n'aime pas trop rempoter et je perds souvent des plantes après rempotage!) et je craignais que cela continue. J'ai dendrobium nobile, ornithorinchum, cambria, brassia , zygo et paphio. Bonne soirée DANIELLE
    Bonjour DANIELLE
    ce n'est pas normal que des plantes meurent après rempotage, quel substrat utilises tu ? Je pense que tu pourrais essayer de rempoter plutôt au printemps ( avril), les plantes accusent beaucoup moins le coup à cette période de forte croissance. Dans les familles que tu cites la plupart apprécient normalement des rempotages fréquents, à part les dendros nobiles qui aiment être à l'étroit et ont des rhizomes fort courts...MARIE
>