Pour chaque photo, cliquer sur l'icône pour l'obtenir en taille normale.
  1. Caractéristiques :
    Le genre Dendrobium est caractérisé par :
    - les pollinies dépourvues de caudicule et de viscidium que l’on peut voir ici sur une pollinie « normale »:
    caudicule
    - la présence d’un menton à la base de la colonne formé par la soudure des deux sépales latéraux :
    Menton Menton
    Ce genre se rencontre sur une très grande partie du sud-est asiatique, ce qui amène à distinguer cinq grandes régions comme le montre la carte suivante :
    Carte
  2. Lumière :
    Comparons la durée du jour pour les diverses zones, aux deux solstices:
    Ville Hiver Eté
    Reims 8H16mn 16H15mn
    Katmandoo 10H30mn 13H15mn
    Lae 11H30mn 12H45mn
    Brisbane 10H30mn 13H50mn
    On constate qu’il manque au moins deux heures de lumière en hiver, si ce n’est trois heures pour les espèces poussant dans les régions les plus proches de l’équateur. Certes, en Europe, le jour dure plus longtemps en été. Mais un complément de lumière en hiver ne pourra que faire du bien pour une floraison plus abondante.
  3. Ecart diurne :
    Dans toute la zone considérée, la variation de température au cours de la journée est d’environ 10 à 12°C, sauf pour la Polynésie où l’écart ne dépasse pas 5 à 6°C. Il faut donc cultiver les Dendrobium dans une pièce où les variations de température sont assez fortes, et un appartement n’est pas ce qu’il y a de mieux pour ces espèces.
  4. Température et arrosages :
    Selon les régions, on observe les caractéristiques climatiques suivantes :
    • Asie continentale : Katmandoo
      Nous donnons au cours de l’année la moyenne sur un mois des températures maximales, minimales, des chutes de pluie en cm, de l’humidité relative (en %) le matin et le soir :
      Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aou Sep Oct Nov Déc
      Tmax(°C) 15 17 21 25 26 26 26 26 25 23 20 16
      Tmin(°C) 4 6 10 13 17 20 21 21 19 15 9 5
      Pluie(cm) 1 1 3 3 10 20 37 32 18 5 1 1
      Hmat(%) 97 96 94 90 92 93 96 95 97 97 97 98
      Hsoir(%) 65 58 50 48 59 70 80 79 78 73 71 68
      On constate que :
      • Les températures très élevées l’été mais plus fraîches l’hiver font que les plantes de ces régions seront placées en serre chaude l’été mais en tempérée frais l’hiver.
      • La très forte mousson de mai à octobre imposera des arrosages très copieux pendant cette partie de l’année, qui seront réduits progressivement en automne pour laisser place à un repos au sec en hiver. Mais des forts arrosages imposent un substrat très drainant pour ne pas risquer la pourriture des racines, ou alors la culture sur plaque (mais celle-ci impose de s’en occuper tous les jours).
      • L’humidité est très forte le matin pour diminuer dans la journée en hiver, mais pratiquement pas en été. On brumisera donc légèrement les matins d’hiver pour permettre de sécher, alors qu’on sera plus généreux en été.
    • Indonésie, Philippines : Djakarta
      Alors que le nord des Philippines a une mousson assez semblable à celle de l’Asie continentale, les iles proches de l’équateur ont des saisons moins tranchées comme on peut le voir avec le climat de Djakarta :
      Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aou Sep Oct Nov Déc
      Tmax 28 29 30 31 31 31 31 31 31 31 31 30
      Tmin 23 23 23 24 24 23 23 23 23 24 24 23
      Pluie(cm) 20 18 25 27 18 12 11 12 14 8 25 24
      Hmat 94 94 93 93 93 92 91 90 87 87 88 91
      Hsoir 73 73 72 70 67 62 62 62 62 65 70 72
      On constate que :
      • Les températures très élevées l’été comme l’hiver font que les plantes de ces régions seront placées en serre chaude été comme hiver, sauf celles d’altitude qu’on cultivera en serre tempérée.
      • Il n’y a pas de vraie mousson, juste un fléchissement des pluies en hiver. On donnera des arrosages très copieux pendant l’été, qui seront réduits progressivement en automne et en hiver, mais on ne laissera jamais sécher complètement le substrat entre deux arrosages.
      • Comme en Asie continentale, l’humidité est très forte le matin pour diminuer dans la journée, surtout en hiver. On brumisera donc le matin pour permettre de sécher.
    • Papouasie Nouvelle Guinée :
      (Attention, nous sommes dans l’hémisphère sud et l’été démarre donc en Janvier) Cette région est vraiment le cœur de la zone de répartition des Dendrobiumet le climat y est très différent entre le niveau de la mer et la montagne. C’est pourquoi nous illustrons par les données de deux stations météorologiques :
      Lae : niveau de la mer :
      Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aou Sep Oct Nov Déc
      Tmax 31 31 30 30 29 28 27 27 28 29 30 30
      Tmin 23 23 23 23 22 22 22 22 22 22 23 23
      Pluie 28 23 32 40 41 42 52 52 43 40 32 33
      Hmat 89 89 89 93 95 95 96 95 95 94 93 91
      Hsoir 70 69 70 70 72 74 76 75 73 70 69 70
      On constate que :
      • Les températures très élevées l’été comme l’hiver font que les plantes de ces régions seront placées en serre chaude à tempérée chaude été comme hiver.
      • C’est un véritable déluge tous les soirs (avec 4,60 m de pluie annuel, difficile de garder quelque chose de sec), et on ne laissera jamais sécher complètement le substrat entre deux arrosages. Surtout, on constate que c’est l’hiver qu’il pleut le plus ! Mais attention au substrat qui doit être très drainant (grosse granulométrie), le mieux étant la culture sur plaque pour les retraités !
      • L’humidité est toujours très forte le matin pour diminuer dans la journée, et c’est en été qu’elle descend le plus bas, tout en restant de l’ordre de 70%.
      • L’écart diurne est faible, de l’ordre de 7°C seulement.

      Kainantu : en montagne.
      (Attention, nous sommes dans l’hémisphère sud et l’été démarre donc en Janvier)
      Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aou Sep Oct Nov Déc
      Tmax 23 24 24 24 23 22 22 22 22 23 24 24
      Tmin 14 14 14 14 13 13 12 12 12 13 12 13
      Pluie 24 26 27 18 10 7 6 8 11 15 19 25
      On constate qu’on se situe alors dans le domaine de température de la serre tempérée, avec arrosages très abondants pendant la période de croissance estivale, mais un bref hiver un peu plus sec sans laisser sécher complètement le substrat. Il faudra maintenir un humidité très forte car on se situe au niveau des forêts de nuage, avec une très forte luminosité et une bonne ventilation.
    • Australie : Cairns
      (Attention, nous sommes dans l’hémisphère sud et l’été démarre donc en Janvier)
      Pour le nord de l’Australie, nous donnons les relevés météo de Cairns qui se situe au niveau de la mer dans le nord du Queensland :
      Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aou Sep Oct Nov Déc
      Tmax 31 31 30 28 27 25 25 26 27 29 30 31
      Tmin 23 23 22 21 20 17 17 17 18 20 22 23
      Pluie 40 41 43 19 9 4 2 2 3 3 9 17
      Hmat 87 88 87 86 85 84 82 83 82 83 84 85
      Hsoi 66 69 67 66 65 61 58 56 54 57 60 61
      On voit donc que les températures se situent dans le domaine de la serre chaude l’été, tempérée chaude l’hiver, l’été est copieusement arrosé alors que l’hiver est sec, l’humidité relative assez forte le matin(85%), mais chutant nettement dans l’après midi, surtout l’hiver.
      Mais l’Australie est un véritable continent avec de fortes variations d’un point à un autre. Une chance, les Dendrobium se trouvent le long de la côte est, qui subit une variation assez régulière au fur et à mesure qu’on s’éloigne de l’équateur. Ainsi, au niveau de Brisbane (sud du Queensland) Ainsi les Tmax oscillent entre 20 et 28°C alors que les Tmin se situent entre 9 et 21°C, ce qui correspond aux températures d’une serre tempérée, voire tempérée fraîche. Les pluies sont moins fortes en été, mais un peu plus fortes en hiver. L’humidité diminue. Ces variations sont encore plus sensibles en altitude.
    • Polynésie : Apia
      Le climat de ces îles du Pacifique proches de l’équateur se caractérise par la constance des température (Max entre 28 et 30°C , mini à 23/24°C), une humidité moyenne assez forte et quasi constante (77%) , des pluies régulières avec un léger affaiblissement pendant seulement deux mois d’hiver. Il ne faudra donc pas laisser sécher complètement ces plantes.
  5. Classification, les espèces :
    le genre Dendrobium comporte un peu moins de 1000 espèces réparties en quatre sous genres, subdivisés en une quarantaine de sections. Nous ne mentionnons ici que ceux que nous rencontrons assez fréquemment en France.
    • Sous genre Rhopalobium
      Nous trouvons ici des plantes à feuilles engainantes, avec des pseudobulbes fins à la base et épaissis sur 2 à 3 segments. Leur répartition est centrée sur Bornéo. Le principal représentant est Dendrobium crumenatum (syn : Dendrobium schmidtianum) qui possède des fleurs très grandes, parfumées, de courte durée mais plusieurs floraisons annuelles. Pousse très rapidement et peut atteindre 1 m de long. Pas de vrai repos.
    • Sous genre Xerobium
      Ce sous genre renferme une douzaine de sections. La princpale section (Monanthos) renferme des espèces de N. Guinée aux feuilles engainantes très longues et fines alignées en deux rangs sur des pseudobulbes très fins et très serrés. On dirait un feuillage de graminée. Le représentant le plus courant est Dendrobium binobum, mais nous n’en avons pas de photo peésentable. Poussant du niveau de la mer jusqu’à environ 1500 m, il s’adapte à la serre chaude comme à tempérée.
    • Sous genre Athecebium Il renferme les espèces à feuilles non engainantes. Parmi une douzaine de sections, les principales sont :
      • Section Dendrocoryne
        Elle renferme une douzaine d’espèces australiennes caractérisées par 2 à 6 feuilles près de l’apex, un racème sub-apical et un labelle trilobé aux côtés érigés, plus court que les autres pièces florales
        Les principales espèces sont :
        Dendrobium kingianum que l’on trouve au Queensland, poussant de 0 à 1200 m d’altitude selon la latitude. C’est un lithophyte en plein soleil à mi-ombre. Compte tenu de l’altitude, il est à cultiver comme tempéré froid.
        Dendrobium kingianum
        Dendrobium ruppianum (Syn : D. fusiforme) du NE du Queensland entre 0 et 1500 m. Il se cultive en serre tempérée, avec beaucoup de lumière et d’humidité. Hiver frais.
        Dendrobium ruppianum
        Dendrobium speciosum pousse au Queensland en dessous de 500 m. Lithophyte ou épiphyte dans la canopée de forêts dans des régions avec pluie toute l’année. Hiver légèrement plus sec.
        Dendrobium speciosum Dendrobium speciosum
        Dendrobium tetragonum se rencontre dans la région de Sydney au Queensland en dessous de 1000 m, à l’ombre en forêt pluvieuse. Cela correspond à un climat tempéré avec une forte humidité ambiante.
        Dendrobium tetragonum
      • Section Callista
        Elle regroupe des espèces de l’Asie continentale, de l’Inde à la Birmanie et l’Indochine, dans les contrefort de l’Himalaya entre 1000 et 2000 m. Les pseudobulbes sont très fins à la base, grossissant après. Un long racème pendant avec de nombreuses grandes fleurs au labelle entier, rond et poilu dedans et des pétales très larges donne une inflorescence très spectaculaire, d’autant plus que les fleurs sont très colorées dans les jaunes.
        Les plus populaires sont :
        Dendrobium chrysotoxum se rencontre de l’ Inde à la Birmanie entre 400 et 1500 m dans les forêt décidues où les saisons sont très tranchées. Il doit donc être en pleine lumière pendant le repos hivernal au sec.
        Dendrobium chrysotoxum
        Dendrobium densiflorum (Syn : D. griffithianum ) se trouve dans l’Himalaya entre 1000 et 2000 m. Les conditions sont les mêmes en un peu plus frais.
        Dendrobium densiflorum
        Dendrobium lindleyi (Syn : D. aggregatum) pousse à faible altitude de l’Inde au Yunnan. Très adaptable à la température, il tolère la serre chaude pourvu qu’on respecte un repos au sec avec beaucoup de lumière car il pousse en épiphyte dans les forêts caduques.
        Dendrobium lindleyi
        Dendrobium thyrsiflorum se rencontre de l’Inde à Indochine, entre 1200 et 2000 m, en forêt décidue. Les saisons sont très marquées et il nécessite une bonne ventilation.
        Dendrobium thyrsiflorum
      • Section Latouria
        Des Philippines aux Samoa et la Nouvelle Guinée. Poussent en forêt pluvieuse de montagne, de 500 à 1000 m, arrosées toute l’année. Ce sont des espèces qui ne doivent pas sécher en hiver. Les feuilles sont limitées près de l’apex. Les fleurs, avec ovaire et sépales poilus, sont claires avec la partie intérieure pourpre ou marron foncé. Le labelle est trilobé avec un cal saillant.
        On citera :
        Dendrobium aberrans de climat tempéré froid, à mi ombre.
        Dendrobium aberrans
        Dendrobium atroviolaceum des Iles Salomon entre 200 et 800 m, poussant à mi ombre dans un milieu très ventilé.
        Dendrobium atroviolaceum
        Dendrobium convolutum des côtes nord de la Nouvelle Guinée, de 0 à 700 m, en climat très chaud et humide. Nécessite des arrosages toute l’année.
        Dendrobium convolutum
        Dendrobium exinium dans les mêmes régions mais un peu plus haut.
        Dendrobium exinium
        Dendrobium forbesii des montagnes de Nouvelle Guinée, de 900 à 1700 m, dans la canopée des forêts humides. Climat tempéré très lumineux, sans aucun repos.
        Dendrobium forbesii
        Dendrobium macrophyllum De Java aux Samoa, de 0 à 500 m, dans la canopée. Très chaud et forte humidité toute l’année. Pas de repos
        Dendrobium macrophyllum
        Dendrobium polysema des montagnes de l’est de Nouvelle Guinée, entre 1000 et 2000 m. Très fortes pluies toute l’année, un peu plus sec en hiver, mais sans sécher totalement. Tempéré chaud.
        Dendrobium polysema
        Dendrobium rhodostictum Même région , entre 800 et 1200 m. Epiphyte ou lithophyte sur calcaire moussu, il peu être arrosé à l’eau calcaire sans souffrir. Il nécessite une forte ventilation et une forte luminosité.
        Dendrobium rhodostictum
        Dendrobium spectabile de Nouvelle Guinée aux îles Salomon, en dessous de 1000 m, dans la canopée. Climat très chaud et humide toute l’année, mais avec des nuits fraîches. Pas de repos, il est gourmant en engrais toute l’année pour devenir une plante imposante.
        Dendrobium spectabile
    • Sous genre Dendrobium
      • Section Phalaenanthes
        Cette petite section rassemble quelques espèces communément appelées Dendrobium phalaenopsis. Ces espèces sont caractérisées par de longs racèmes incurvés poussant à l’apex des pseudobulbes, portant de grandes fleurs très ouvertes comportant un labelle plus fin que les autres pièces florales et le menton se transforme ici en double menton. Les feuilles sont rassemblées près de l’apex. Elles poussent dans les forêts sèches et savanes de la Papouasie Nouvelle Guinée et du nord de l’Australie.
        Les plus fréquentes en culture en France sont :
        Dendrobium biggibum que l’on trouve du Cap York à la Nouvelle Guinée. Il est lithophyte et donc adapté pour supporter de fortes sécheresses. Le climat est très chaud mais avec une très forte humidité ambiante. L’hiver est très sec, si bien qu’il ne pas arroser avant la nouvelle pousse. Fortes luminosité et ventilation.
        Dendrobium biggibum
        Dendrobium compactum lithophyte du Queensland poussant dans les collines en dessous de 250 m , dans des régions qui reçoivent quelques pluies en hiver.
        Dendrobium compactum
        Dendrobium striaenopsis (Syn : D. schroederianum) Lithophyte de 0 à 100 m sur calcaire dans les îles Tanimbar, au climat très chaud et humide toute l’année. Ici en photo pour la variété alba.
        Dendrobium striaenopsis
        Dendrobium williamsianum un épiphyte du centre de la Nouvelle Guinée, dans les vallées à moins de 300 m, où règne un climat chaud avec hiver et printemps secs (repos). En forêt ouverte et savane, ce qui implique une forte luminosité et une bonne ventilation.
        Dendrobium williamsianum
      • Section Dendrobium
        On trouve des espèces de cette section dans toute la zone envisageable. Mais presque toutes les espèces couramment cultivées se rencontrent en Asie continentale et doivent donc avoir un été chaud et humide et un hiver frais et sec, mais avec une forte humidité athmosphérique. Les feuilles se limitent souvent au tiers supérieur des pseudobulbes, et sont caduques après un an. La floraison apicale se produit en saison sèche. Les grandes fleurs présentent un labelle entier et un menton très court.
        Les espèces courantes sont :
        Dendrobium aphyllum (Syn : Dendrobium pierardii se rencontre dans les forêts caduques de l’Asie continentale, entre 200 et 1800 m. Il lui faut de fortes ventilation et luminosité particulièrement pendant la période de repos.
        Dendrobium aphyllum
        Dendrobium crystallinum pousse de la Birmanie au Yunnan, entre 900 et 1500 m, en plein soleil.
        Dendrobium crystallinum
        Dendrobium fimbriatum pousse sous les mêmes climats, mais à mi ombre.
        Dendrobium fimbriatum
        Dendrobium friedericksianum des plaines de Thaïlande, nécessite beaucoup de lumière.
        Dendrobium friedericksianum
        Dendrobium hancockii duYunnan entre 200 et 1600 m, repos indispensable mais sans sécher totalement. Forte luminosité indispensable.
        Dendrobium hancockii
        Dendrobium moniliforme (Syn : D. monile) du sud de la Chine, entre 200 et 1600 m. repos sans sécher totalement.
        Dendrobium moniliforme
        Dendrobium moschatum de l’Himalaya de 300 à 2000 m, dans les forêts caduques, fortes luminosité et ventilation.
        Dendrobium moschatum
        Dendrobium nobile de l’Inde à l’Indochine, dans les collines pré himalayennes entre 200 et 2000 m, dans les forêts caduques en plein soleil. Au sec en hiver jusqu’à la reprise de la pousse.
        Dendrobium nobile
        Dendrobium parishii de l’Inde au Yunnan, entre 250 et 1500 m, dans les régions aux saisons très tranchées.
        Dendrobium parishii
        Dendrobium primulinum qui se traite comme parishii
        Dendrobium primulinum
        Dendrobium unicum de Chiang Maï au Laos et au Vietnam, entre 800 et 1500 m, doit être mis au repos très progressivement.
        Dendrobium unicum
        Dendrobium wardianum pousse en climat plus tempéré avec une brêve saison séche en hiver.
        Dendrobium wardianum
      • Section Spatulata
        Répartition centré sur la Nouvelle Guinée et les île avoisinantes, ces plantes poussent en général sur les arbres de la mangrove. Deux rangées de feuilles réparties sur presque toute la longueur des pseudobulbes. 1 à 3 racèmes apicaux. Les sépales et pétales vrillés et dressés donnent une allure caractéristique. Le labelle trilobé des cals.
        Parmi les espèces couramment rencontrées, citons :
        Dendrobium antennatumdans les mangroves de la côte NE de Nouvelle Guinée à moins de 1000 m. Très chaud et humide avec forte luminosité toute l’année
        Dendrobium antennatum
        Dendrobium canaliculatum de la presqu’île d’York au sud de la Nouvelle Guinée, de 0 à 500 m. Toujours chaud. Hiver et début printemps très sec. Pluies torrentielles en automne. Fortes luminosité et ventilation
        Dendrobium canaliculatum
      • Section Pedilonum
        Répartie de l’Inde aux Samoa. Se caractérise par des fleurs allongées avec un long menton collé à l’ovaire. Le labelle est entier, étroit, se rétrécissant vers la base. Les feuilles sont alignées en deux rangées sur toute la longueur et tombent après un an.
        On citera :
        Dendrobium bracteosum se rencontre dans les forêts côtières et mangrove, en pleine lumière, sur la côte nord de Nouvelle Guinée. Très chaud et humide toute l’année.
        Dendrobium bracteosum
        Dendrobium secundum de la Birmanie au Pacifique, dans les forêts de basse altitude. Tempéré chaud avec repos sec en hiver. Fortes luminosité et ventilation.
        Dendrobium secundum Dendrobium secundum
      • Section Formosae
        De l’Inde à Sumatra Bornéo. Les feuilles sont réparties sur tout le pseudobulbe et tiennent plusieurs années. Des poils noirs recouvrent la gaine. Les racèmes fixés sur la fin des pseudobulbes portent de 2 à 5 grandes fleurs diaphanes au labelle trilobé.
        Dans cette section, on cultive fréquemment :
        Dendrobium bellatulum de l’Inde au Yunnan dans les forêts caduques de 1000 à 2000 m en plein soleil. Climat tempéré avec hiver frais plus sec, mais ne doit pas sécher complètement.
        Dendrobium bellatulum
        Dendrobium christyanum de la Thaïlande au Vietnam vers 1200 m. Climat tempéré. Bonne ventilation et forte luminosité. Repos hivernal sec.
        Dendrobium christyanum
        dans les collines pré himalayennes aux saisons peu marquées mais tempéré chaud. Arrosages plus modérés l’hiver. Plein soleil.
        Dendrobium infundibulum se cultive comme D. Formosum dont il est très proche, mais en conditions plus fraîches car il pousse à des altitudes plus élevées.
        Dendrobium infundibulum
        Dendrobium sanderae pousse dans les montagnes de l’île de Luzon aux Philippines, entre 1000 et 1600 m. Cela correspond à un climat tempéré froid avec très forte humidité. Repos hivernal avec séchage entre les arrosages et très forte luminosité.
        Dendrobium sanderae
      • Section Breviflores
        Section que l’on trouve en Asie continentale et à Java. Les feuilles réparties sur toute la longueur des pseudobulbes durent 2 à 3 ans. Petite inflorescence comportant une dizaine de petites fleurs au menton en forme de sac et au labelle trilobé, velu sur la marge. Le principal représentant est :
        Dendrobium aduncum qui se cultive dans les conditions classiques des espèces de l’Asie continentale.
        Dendrobium aduncum
      • Section Stachiobium
        Les espèces de cette section se rencontrent de l’Inde au Vietnam, mais surtout Thaïlande. Les pseudobulbes, trapus et très serrés, portent des feuilles caduques après un an. Le labelle est légèrement trilobé et le menton peu marqué.
        Dendrobium delacourii pousse de la Birmanie au Vietnam, entre 250 et 1500 m selon la latitude, dans les forêts caduques en plein soleil. Eté très chaud et hiver frais et sec.
        Dendrobium delacourii
      • Section Calcarifera
        Espèces de l’Indonésie et des Philippines donnant une forte pluviosité toute l’année. Deux rangées de feuilles réparties sur tout le pseudobulbe tombent après 1 ou 2 ans. Le long menton est pratiquement perpendiculaire à l’ovaire.Le labelle entier rétrécit brutalement vers la base qui porte une protubérance. Les plus fréquents :
        Dendrobium amethystoglossum pousse en lithophyte sur les falaises calcaires moussues entre 500 et 1500 m sur l’île de Luzon aux Philippines. Il y règne une forte humidité et très grande luminosité toute l’année, l’hiver est plus sec sans dessécher.
        Dendrobium amethystoglossum
        Dendrobium victoria-reginae pousse aux Philippines, entre 1300 et 2600 m, à mi ombre en forêts pluvieuses toute l’année. Néanmoins, en hiver, laisser sécher quelques jours entre les arrosages.
        Dendrobium victoria-reginae
      • Section Calyptrochilus
        Espèces de Nouvelle Guinée, poussant dans les forêts d’altitude pluvieuses toute l’année. Des petites inflorescences latérales sur les pseudobulbes très fins portent des petites fleurs tubulaires.
        Dendrobium lawesii se rencontre de la Nouvelle Guinée aux îles Salomon. Il pousse à la base des troncs moussus des forêts pluvieuses toute l’année, où rêgne une faible luminosité et une très forte humidité. Il ne doit pas subir de repos.
        Dendrobium lawesii
        Dendrobium moblianum des îles Salomon aux Samoa, de 800 à 2000 m en forêt pluvieuse tempérée froide, avec forte ventilation et grande luminosité. Pas de repos marqué, diminuer simplement les arrosages en hiver.
        Dendrobium moblianum
        Dendrobium wentianum (Syn : D. Obtusepalum) de Nouvelle Guinée dans les forêts humides entre 2500 et 3000 m, à mi ombre avec une très forte humidité ambiante. C’est donc la serre froide qui lui convient. Pour éviter qu’il ne pourrisse dans ces conditions, il est préférable de le cultiver sur écorce recouverte de sphagnum.
        Dendrobium wentianum
      • Section Cuthbertsonia
        Petites plantes avec feuilles à l’apex de pseudobulbes épais. Les fleurs sont grandes pour la taille de la plante et très colorées. Elle n’ont pas subi de résupination. Le seul membre important de cette section est :
        Dendrobium cuthbertsonii qui se rencontre en Nouvelle Guinée et Nouvelle Irlande, vers 2000 m mais jusqu’à plus de 3000m, où règnent une très fortes pluviosité et forte humidité ambiante toute l’année, souvent en plein soleil à forte altitude. A cultiver en serre tempéré froid avec forte ventilation.
        Dendrobium cuthbertsonii
  6. Compost :
    Il doit être en général très drainant pour ne pas risquer la pourriture des racines. En Thaïlande, j’ai vu cultiver les Dendrobium et les Paphiopedilum sur un mélange de brique concassée et charbon de bois naturel avec succès. Les plantes ramenées ont poursuivi leur croissance en France sans problème. La brique retient un peu d’eau, ce qui donne une forte humidité ambiante sans risquer d’avoir un substrat détrempé. Ces deux constituants ont l’avantage de ne pas retenir les sels, ce qui permet de mettre de l’engrais plus régulièrement sans risquer une accumulation. De plus, le charbon fixe les bactéries, ce qui est un avantage sanitaire. On peut aussi ajouter un peu de polystyrène pour alléger le pot et limiter la rétention d’eau quand on veut automatiser les arrosages. Alors que les morceaux de noix de coco se décomposent trop vite aux fortes températures auxquelles ils sont soumis pour être utilisés en compost, les asiatiques utilisent des demi noix de coco comme plaque qu’ils recouvrent de sphagnum. La décomposition est alors beaucoup plus lente à cause d’une meilleure aération.
  7. Engrais :
    Ils réagissent bien aux engrais foliaires.
    Les engrais solubles utilisés dans l’eau d’arrosage permettent de contrôler la concentration au mieux. Il ne faut surtout pas mettre d’engrais pendant la période de repos. A la reprise de la végétation, on commence par des solutions diluées pour augmenter progressivement (au départ, le système racinaire n’est pas assez développé pour absorber beaucoup de sels, et ils risquent de s’accumuler dans le substrat).
    On peut utiliser un engrais NPK équilibré du style 10/10/10 toute l’année en rinçant le substrat un ou deux jours après l’arrosage pour éliminer les excès de sels. Si le compost renferme de l’écorce de pin, sa décomposition par les bactéries consomme beaucoup d’azote, et il faut alors un engrais plus riche du type 20/10/10.
    Certains producteurs préfèrent donner en début de croissance un engrais qui favorise la pousse des feuilles et des racines (un engrais pour légumes racines par exemple), puis un engrais qui favorise l’induction florale quand les pseudobulbes ont bien grossi (engrai géranium par exemple).