Phalaenopsis hybride
  1. Origine et descriptif des Phalaenopsis :


    Ces plantes appartiennent à la sous-famille des Vandoïdeae – tribu des Vandaeae – sous-tribu des Sarcanthinae.
    Le genre Phalaneopsis comprend 50 espèces monopodes. Cette plante est originaire du Sud-est asiatique, les espèces les plus importantes provenant essentiellement des Philippines, de Bornéo et de Malaisie. On en trouve également en Inde et en Birmanie.
    Le genre fut établi en 1825, par Karl Ludwig Van Blume, et nommé, en associant deux mots grecs : phalaina (phalène, papillon de nuit) et opsis (vision), afin de désigner des fleurs ressemblant à un papillon.
    Ces plantes sont épiphytes (c'est-à-dire qu’elles poussent dans les arbres), rarement lithophytes (poussant sur des pierres ou des rochers) ; d’atmosphère chaude et humide des pays tropicaux, ou le climat n’admet pratiquement pas de saison sèche. Les plantes poussent continuellement, et par conséquent, fleurissent sans cesse, sans différence saisonnière. Les racines des Phalaneopsis apparaissent à la base de la plante, lui permettant de grimper à profusion sur l’arbre qui les accueille, et de s’y maintenir solidement.
    Les hampes florales apparaissent sur les côtés, entre les feuilles. Les Phalaneopsis sont, dans la nature, des plantes retombantes, dont les hampes florales dépassent parfois 1 mètre de long, pendant élégamment du haut des branches des arbres, sur lesquels elles sont installées. La floraison éclatante et de longue durée est un véritable enchantement. Beaucoup d’espèces ont un feuillage tacheté naturellement, ce qui les rend encore plus belles.
    Phalaenopsis hybride
  2. Culture des Phalaenopsis :


    Les Phalaneopsis sont des orchidées de serre chaude, de culture facile, aussi bien en appartement, qu’en serre. Ils nécessitent un emplacement semi-ombragé, mais peuvent également être disposés dans un lieu plus lumineux.
    En hiver, ils supportent également très bien un ensoleillement direct.
    Les températures ne doivent pas descendre en dessous de 16 °. Une humidité ambiante élevée est propice à leur développement. C’est pourquoi il est conseillé de les placer sur une soucoupe, remplie d’eau du robinet, garnie de billes d’argile ou de mousse (pour éviter que l’eau ne touche les racines, et que la plante n’absorbe cette eau par capillarité). La base des feuilles peut être vaporisée avec de l’eau minérale « Volvic » (faiblement minéralisée en calcium) ; il convient d’éviter les dépôts d’eau au cœur de la plante (qui lui seraient fatals). Si un tel incident intervenait, il faut de suite d’éponger cette eau avec du papier absorbant.
    Phalaenopsis hybride
    • Support et compost :


      Un pot pas trop gros (entre 10 et 14 cm) convient, sauf si la plante est très forte. Un compost à base d’écorces de pin de moyenne à grosse granulométrie avec fibre de coco, polystyrène expansé et pour quelques espèces supportant plus d’humidité, un peu de sphaigne.
    • Température :


      Cette plante de climat chaud ne nécessite pas beaucoup de différence de température entre le jour et la nuit (de 1 à 3 °), ainsi qu’entre l’hiver et l’été :
      * hiver : la nuit 16 à 18 ° - la journée 18 à 20 °
      * été : la nuit 20 à 22 ° - la journée 20 à 30 ° (voire exceptionnellement 32 à 35 °).
    • Lumière :


      Elle doit être de 10000 à 20000 lux, ce qui correspond à une lumière faible à moyenne, sans soleil direct l’été, ce qui la brûlerait. Le soleil d’hiver lui est bénéfique.
    • Arrosage :


      La plante étant monopode, et par conséquent, sans réserve de nourriture, il est conseillé de ne pas la laisser sécher trop longtemps. La meilleure solution, si la collection n’est pas trop importante, est de soupeser le pot avant arrosage, et de n’arroser que si le pot s’est allégé (eau de pluie ou de Volvic, impérativement).
    • Hygrométrie et aération :


      Une humidité de 70 à 80 % est bénéfique, surtout l’été, lorsque la température dépasse 25 °, mais une hygrométrie plus faible est tolérée.
      Concernant l’aération, comme toutes les orchidées (qui demandent une assez forte hygrométrie), elle est fortement conseillée sauf quand la plante est froide, et pas directement dessus (ce qui provoquerait un stress, faisant tomber les fleurs et avorter les boutons).
    • Fertilisation :


      Elle doit être régulière (tous les 8 à 10 jours) et effectuée à chaque arrosage, à mi-dose (0,50 g par litre d’eau). Du fait que la plante est considérée comme « en floraison permanente », il convient d’alterner de l’engrais bleu « croissance » (dosé à 15/10/15), avec de l’engrais rose « floraison » (dosé à 8/12/24). Toutefois, l’hiver, et en raison d’une croissance réduite, l’engrais ne peut être distribué que deux fois sur trois.
    • Rempotage :


      Il doit être effectué tous les 2 à 3 ans, dans un pot tout juste supérieur à l’ancien. Une pulvérisation de la surface du substrat doit être effectuée tous les 2 jours environ (eau de pluie ou Volvic), pendant 15 à 20 jours. Ensuite, il convient de reprendre légèrement les arrosages, petit à petit, jusqu’à la normale. La distribution d’engrais pourra reprendre seulement 2 mois après le premier arrosage.
    • Division :


      Le Phalaneopsis étant une plante monopode, la division de souche ne peut se faire ; il est par contre possible de prélever des « keikis » (bébés, en Hawaïen), sur la hampe florale, dès lors que la plante décide d’en produire. Il convient, dans ce cas, d’attendre que les racines du keiki atteignent 5 à 8 cm de longueur, de prélever celui-ci en s’aidant d’un cutter (passé préalablement à la flamme), et de l’installer dans un petit pot, garni de sphaigne tout juste humide.
    • Hybridation :


      Pour les Phalaneopsis, plus de 10000 hybrides sont répertoriés ; en voici quelques exemples :
      * Doritaenopsis = Phalaneopsis X Doritis,
      * Vandaenopsis : Phalaneopsis X Vanda,
      * Asconopsis = Phalaneopsis X Ascocenda,
      * Et beaucoup d’autres, de la vaste sous-famille des Vandoïdeae.
    • Phalaenopsis hybride
    • POUR FINIR, QUELQUES CONSEILS IMPORTANTS :


      • Lorsque la hampe est défleurie, il ne faut pas la couper à la base, mais la sectionner à 1 cm environ, au-dessus du dernier bourgeon (où il n’y avait pas encore de fleurs). Dans 90 % des cas, une nouvelle hampe apparaîtra sur l’un des bourgeons restants.
      • Pour les fleurs à dominance « jaune », il ne faut pas couper la hampe florale ; la croissance est telle que celle-ci continue à pousser par le bourgeon apical (dernier bourgeon). Il convient seulement de la couper si les fleurs deviennent trop petites (afin de ne pas trop épuiser la plante).
      • Enfin, toute intervention sur une orchidée quelle qu’elle soit, doit s’effectuer avec un outil préalablement passé à la flamme : réchaud ou lampe à souder (plutôt que briquet ou allumette, insuffisants pour éradiquer les différents virus pouvant se trouver sur cet outil).
Cet exposé a été réalisé, et présenté lors de la réunion de Novembre 2007 à la section de Joinville (Haute Marne).
Et maintenant, bonne culture à tous.
Pour voir diverses espèces de Phalaenopsis, cliquer sur les icônes ci-dessous :
Les Phalaenopsis botaniques:
  • Phalaenopsis amabilis :
    Phalaenopsis amabilis Phalaenopsis amabilis
  • Phalaenopsis cornu-cervi :
    Phalaenopsis cornu-cervi
  • Phalaenopsis equestris :
    Phalaenopsis equestris Phalaenopsis equestris
  • Phalaenopsis hieroglyphica :
    Phalaenopsis hieroglyphica
  • Phalaenopsis mannii :
    Phalaenopsis mannii
  • Phalaenopsis mariae :
    Phalaenopsis mariae
  • Phalaenopsis pallens :
    Phalaenopsis pallens Phalaenopsis pallens
  • Phalaenopsis philippinensis :
    Phalaenopsis philippinensis
  • Phalaenopsis schilleriana :
    Phalaenopsis schilleriana
  • Phalaenopsis stuartiana :
    Phalaenopsis stuartiana
  • Phalaenopsis sumatrana :
    Phalaenopsis sumatrana
  • Phalaenopsis violacea :
    Phalaenopsis violacea
  • Phalaenopsis violacea(bellina) :
    Phalaenopsis violacea(bellina)
  • Phalaenopsis violacea(bornéo) :
    Phalaenopsis violacea(Bornéo)
Quelques Phalaenopsis hybrides:
Hybride non identifié :
Phalaenopsis hybride Phalaenopsis hybride
Hybrides "baptisés" :
Phlaenopsis Brother Star Dust : Phalaenopsis Brother Star Dust
Phlaenopsis Franca Spinola : Phalaenopsis Franca Spinola
Et voici maintenant la photo illustrant les commentaires 30 et 31 :
Phalaenopsis