Nous vous proposons ici une démonstration en image de l’installation d’une orchidée sur plaque de liège. L’article a été rédigé à partir de l’exposé réalisé par Marie au cours de la réunion de la Section de Sainte Savine du 16 Novembre 2007. Pour installer une orchidée sur une plaque de liège (ou tout autre support) :
  1. Choisir le support : il est bon qu’il possède des irrégularités de structure permettant à la plante de bien s’accrocher. Vous voyez ci-dessous une plaque de liège idéale compte tenu des sillons de l’écorce. Elle doit être désinfectée :
    1°) Soit chimiquement avec tout aseptisant, à condition de bien rincer (mieux , faire tremper la plaque dans de l’eau pendant un bon moment) pour enlever toute trace d’ions .
    2°) Soit à l’étuvée (cocotte minute ou cuit-vapeur ou encore au four avec plaque remplie d’eau 1/4H thermostat 6).
    liege
  2. Découper des liens : l’idéal est d’utiliser des bas de « nylon » qui vont donner des liens élastiques, imputrescibles et discrets. Les bas sont découpés perpendiculairement car c’est le sens le plus élastique et qui donnera des lanières qui ne se détricotent pas. Si la plaque et l’orchidée sont de grande taille, on noue les lanières entre elles pour obtenir des liens plus longs.
    lien
  3. Fixation de la plante : elle se fait en trois étapes :
    • La plante étant tournée vers le bas, on positionne environ la moitié des racines sur un coussinet de sphagnum préalablement humidifié.
      Plaque
    • La plante est alors rabattue vers le haut et la deuxième moité des racines est recouverte d’un tapis de sphagnum.
      Plaque
    • La plante est alors ligaturée avec les lanières de nylon qui doivent être assez serrées pour bien maintenir la plante appliquée sur le support (cela permettra aux nouvelles racines d’adhérer au support). Mais elles ne doivent pas être trop tendues pour garder de l’élasticité et permettre ainsi aux racines de grossir.
      Plaque
    • Les racines un peu trop longues sont rabattues et fixées sur l’arrière de la plaque.
      Plaque
  4. Position sur la plaque : elle n’est pas indifférente. En effet, certaines plantes ont tendance à monter sur le support, d’autres descendent, certaines enfin s’étalent dans toutes les directions. On positionne donc la plante en fonction de ses réactions naturelles. Ainsi sur la photo ci-dessous :
    • sur la palque de gauche, Tolumnia toto a été placé en bas pour lui permettre de monter.
    • sur la plaque centrale, le Dendrobium phalaenopsis placé au centre de la plaque pourra s ‘étaler à sa guise.
    • sur la plaque de droite, le Scuticaria est placé en haut car il va envahir la plaque en descendant. Le Podangis , qui aura un développement plus limité, est placé au dessus pour ne pas se faire étouffer.
      Plaque
  5. Illustrations : Voici maintenant, pour illustrer le résultat après quelques temps, trois exemples de plantes installées :
    • un Oncidium onustum : plante des milieux arides, il a été installé sur plaque de liège avec le minimum de sphagnum pour ne pas risquer de faire pourrir les racines. Au cours des arrosages, le sphagnum s’est désagrégé et a disparu. La plante est très bien fixée sur le bas de sa plaque qu’elle va envahir progressivement.
      Plaque
    • un est ici fixé sur plaque de laine de roche. Ce support retient bien l’eau et permet de cultiver sur plaque des espèces qui aiment l’humidité. Des mousses le recouvrent rapidement , ce qui fait disparaître le support et donne un aspect naturel.
      Plaque
    • un Oncidium devenu particulièrement volumineux. La plaque de départ est enveloppée de sphagnum qu’un grillage en plastique à maille assez serrée permet de bien retenir. Cela donne de la solidité et de la rigidité à l’ensemble qui peut ainsi bien se tenir.
      Plaque
  6. Autre page :Cet article avait pour but d’illustrer la confection d’une plaque. Vous disposez sur ce site d’une autre page présentant la culture sur plaque. Vous y trouverez des précisions sur les plantes particulièrement adaptées à ce type de culture, ainsi que les différents types de support avec leurs avantages et inconvéniants. Pour la consulter, cliquez sur l’icône : Lien
Il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter bonne culture.