vanille
  1. Origine et descriptif des Vanilla:


    Ces plantes appartiennent à la sous-famille : Epidendroïdeae – tribu : Vanilleae – sous-tribu : Vanillinae.
    Les Aztèques appelaient la Vanille « Hixochilt ». Au début du XIV ème siècle, la vanille fut importée en Espagne, ensuite en Europe par Hernan Cortés.
    Le genre Vanilla comprend environ 115 espèces, originaires du Mexique, d’Asie et d’Afrique. Beaucoup d’espèces Malgaches et Africaines sont souvent aphylles (sans feuilles), et n’ont pas de fruits parfumés. Seulement quelques espèces produisent le fruit, que nous aimons tant pour son goût et qui est classé parmi les épices les plus chères. Parmi toutes les espèces de Vanille, seulement 2 ou 3 sont cultivées pour la capsule de Vanille, surtout Vanilla Fragrans (synonyme de «Vanilla Planifolia ).
    Beaucoup d’espèces poussent à basse altitude ; seulement quelques unes vivent en altitude. La Vanille est la seule orchidée à être classée à l’état de « liane » ; sachant qu’elle peut, sur son lieu d’origine, atteindre 40 mètres de long. Sur une tige ronde, des feuilles se développent en alternance, et en face d’elles, croissent des racines aériennes. Les fleurs poussent en grappes, en fin de nuit, et sont souvent fanées vers 14H00 à 16H00. Ces fleurs sont grandes, verdâtres ou jaunes, et ressemblent un peu à un Laelia. La floraison intervient seulement lorsque la plante atteint 3 à 4 mètres de long. La pollinisation s’effectue à la main, car le Colibri qui faisait ce travail, a pratiquement disparu.
    La Vanille demande assez d’espace, et pousse assez vite (dans une serre, environ 75 cm à 1 mètre par an), et facilement. Elle est assez difficile à faire fleurir, à cause de son fort besoin en lumière et hygrométrie. Cette orchidée monopode (c’est à dire poussant verticalement) est facile à bouturer.
  2. Culture des Vanilla :


    Il convient de la doter impérativement d’un tuteur, ou d’un treillage pour qu’elle puisse à loisirs monter et descendre (ce qu’on nomme le bouclage). La vanille n’a pas besoin de période de repos, mais réduit un peu sa croissance en hiver. Il faut la placer en haut d’une serre ou d’une véranda, en ombrant légèrement aux heures les plus chaudes (de 10H00 à 18H00), du 15 février au 15 novembre, et bien ventiler. Pour assurer une floraison, il faut que le feuillage vire légèrement au jaune, mais sans excès car les feuilles pourraient faner à cause des brûlures causées par trop de lumière. Pour cultiver une Vanille seulement en tant que belle plante d’appartement, elle peut être mise en pleine lumière du Sud.
    • Support et compost :


      Il faut prendre un pot pas trop profond, mais assez large. Un compost léger et bien drainant convient, auquel on peut ajouter un peu de corne broyée ou torréfiée. Il ne faut pas oublier d’installer un solide tuteur.
    • Température :


      La Vanille est une plante chaude : 20 à 35 °C le jour et 16 à 25 °C la nuit, en évitant une température inférieure à 15 °C. L’écart entre le jour et la nuit doit être de 2 à 3 °C.
    • Lumière :


      Elle doit être de 20.000 à 40.000 lux, ce qui correspond à une lumière très forte, voire au soleil direct, s’il n’est pas trop ardent.
    • Arrosage :


      Ils se font à l’eau de pluie ou de Volvic, abondamment et régulièrement pendant la croissance, un peu moins fréquemment en hiver.
    • Hygrométrie et aération :


      L’hygrométrie demandée est de 80 à 90 % ; il est possible de pulvériser plusieurs fois par jour (matin et midi) la surface du compost, les racines et les feuilles, en évitant les jeunes pousses. Une bonne ventilation est fortement conseillée, pour éviter la pourriture due au fort taux d’hygrométrie.
    • Fertilisation :


      Elle peut se faire à mi-dose à chaque arrosage ; ou à dose normale toutes les 1 à 2 semaines, en alternant l’engrais croissance et floraison. Il ne faut pas oublier les pulvérisations à l’eau de pluie ou de Volvic, entre chaque arrosage à l’engrais. En hiver l’apport d’engrais doit être réduit à un arrosage sur deux.
    • Rempotage :


      Il se fait environ tous les deux ans, lorsque la plante est jeune, dans un contenant plus grand, en évitant de trop perturber les racines.
    • Divisions :

      La plante se divise très bien, par section de morceaux de tige dotés de 3 ou 4 nœuds, et pourvus de racines aériennes. L’opération se réalise au moyen d’un sécateur ou d’un cutter (préalablement passé à la flamme ou à l’alcool).
  3. Hybridations :


    Aucune hybridation de la vanille n’est connue à l’heure actuelle.
  4. Dernier conseil :


    Si vous avez la possibilité de procurer à votre Vanille de la lumière supplémentaire (lumière artificielle), ceci peut favoriser la floraison.
Cet exposé a été réalisé, et présenté lors de la réunion d'Avril 2007 par Patrice PETIT, Vice-Président de la section de Vitry le François (Marne).
vanille Et maintenant, bonne culture à tous