Pour commencer, une photo de Brassia lowrenceana :
Brassia

DESCRIPTION :


Les brassia possèdent 25 espèces épiphytes, sympodes, appartenant à la Sous-famille : Vandoïdeae – Tribu : Cymbidieae – Sous-tribu : Oncidiinae. Ils se rapprochent des genres Miltonia, Oncidium , Ada, Odontoglossum, mais n’ont pas de rapport avec les Brassavola plus proches des Cattleya. Leurs origines sont : l’Amérique tropicale, les Antilles, et en remontant vers le Nord, jusqu’au Mexique.
L’espèce fut décrite pour la première fois, en 1759, par Carl Von Linné, dans le genre Epidendrum, d’après une étude qu’avait faite Charles Plumier. John Lindley la transforma dans le genre Brassia en 1824.
Les Brassia poussent en épiphyte, parfois terrestres jusqu’à une altitude de 1200 mètres, surtout sur les arbres des bords de criques et de rivières. Ils croissent sur les arbres en grosses touffes. Ce sont des plantes à gros rhizomes assez courts et à pseudos bulbes en forme de prune, de couleur vert foncé, couronnés de deux feuilles terminales, rarement plus. Celles-ci sont linéaires et plus ou moins oblongues.
Les inflorescences latérales sont sensiblement de la même longueur que les feuilles. Les hampes florales apparaissent généralement juste à la fin de la période de croissance. Les floraisons se font toute l’année, mais principalement en hiver. Elles poussent lentement pendant plusieurs mois, avant que les boutons apparaissent. Selon l’espèce, les tiges mesurent de 50 centimètres à 1 mètre de long, et sont souvent retombantes. Chacune comporte entre 10 et 12 fleurs aux longs pétales et sépales fermement étirés à partir du centre, ce qui confère à la fleur une apparence étrange et la fait surnommer « L’Orchidée Araignée ». La plupart des fleurs sont de couleur vert pâle ou jaune ; quelques unes s’approchent du orange. Elles sont parfois tachetées vers le cœur. Le labelle, plus court et plus large que les pétales est marqué de la même façon. La plupart des Brassia distillent un parfum soutenu, qui ajoute encore à leur charme, mais que les variétés hybrides ont perdu.
Une photo de Brassia verrucosa :
Brassia

LUMIERE ET HYGROMETRIE :


Elle doit idéalement être de 15000 à 30000 lux, ce qui équivaut à une lumière moyenne à assez forte.
Le taux d’humidité requis est de l’ordre de 70 %. Quand il fait très chaud, il est bon de poser la plante sur une soucoupe, avec de l’eau et des billes d’argile, afin d’obtenir un taux d’hygrométrie le plus proche possible des 70 %. Comme toutes les orchidées qui demandent une forte hygrométrie, il faut assurer une bonne ventilation afin d’éviter les pourritures.

TEMPERATURE :


En serre tempérée, de 18 à 25° C le jour, et de 15 à 18° C la nuit, avec une amplitude thermique de 5 à 8° C entre le jour et la nuit.
On peut les sortir l’été, hors floraison, à l’abri du soleil et protégés de la pluie, avec une bonne humidité et aussi une bonne ventilation. Il faut réduire la température en hiver.

ARROSAGE :


Il faut de l’eau non calcaire (eau de pluie ou Volvic tempérée) ; l’arrosage doit être copieux l’été, en laissant s’assécher le compost entre deux arrosages.
Il faut réduire ceux-ci dés la maturation des nouveaux pseudos bulbes, en évitant qu’ils ne se rident et jusqu’à l’apparition de la nouvelle pousse.

FERTILISATION :


Il convient de donner de l’engrais tous les 15 jours pendant la végétation, de mars à octobre ; et de réduire ensuite.

REMPOTAGE ET COMPOST :


Les Brassia se plaisent aussi bien en pot, dans un compost classique à base d’écorce de pin, de racine de fougère (mauvais pour la nature !!!!) et polystyrène, que sur bûche ou plaque de liège, avec une touffe de sphagnum.
En général ile rempotage est à faire tous les 2 ans, après la floraison, ou au départ de la végétation.

Division :


Elle peut se faire, à partir de la souche, au printemps, lors d’un rempotage ; mais attention à ne le faire que quand la plante possède 10 pseudos bulbes minimum, afin d’éviter un épuisement prématuré de celle-ci.

Hybridation :


Photo d'un Brassia hybride Brassia hybride
Quelques croisements sont possibles, à titre indicatif, avec les brassia :
  • Miltassia : croisement avec Miltonia
  • Brassidium : croisement avec Oncidium
  • Maelellanara : croisement avec ondotoglossum<:li>
  • Brassada : croisement avec Ada

Cet exposé a été réalisé et présenté, par Patrice PETIT, Vice-président de la section AAOE de VITRY, lors de la réunion du 27 mai 2006.