1. Origine et descriptif des Zygopetalum :


    Le genre Zygopetalum comprend environ 20 espèces, épiphytes ou terrestres sympode, en montagne.
    Ces plantes appartiennent à la sous-famille : Vandoideae – Tribu : Maxillarieae – Sous-tribu : Zygopetalinae.
    Les genres voisins sont : Colax – Promenaea – Lycaste – Batemannia, etc.
    Les Zygopetalum proviennent de l’Amérique du Sud tropicale, et surtout des régions montagneuses des Andes et de la côte Atlantique, Brésil, et du Mexique au Pérou.
    C’est en 1827 que William Hooker établi le genre et le nomma, sur la base des racines Grecques Zugôma « jonction, joint », et Petalon « feuilles », pour marquer que les pétales (mais aussi les sépales) des fleurs sont soudés au pied de la colonne. Ce sont des plantes à pseudo bulbes et à feuilles persistantes, longues et plissées. Ces plantes sympodes, relativement grandes, forment un rhizome rampant, duquel émanent des pseudos bulbes de forme ovoïde, portant jusqu’à cinq feuilles souples et charnues.
    L’inflorescence parfumée apparaît en hiver. Elle émerge de la base des nouveaux pseudos bulbes, avant même que ceux-ci se soient développés, et atteint une hauteur considérable. Cette inflorescence a un parfum qui rappelle celui du narcisse ; les fleurs se forment de l’automne à la fin de l’hiver. A l’exception du labelle, les fleurs sont toutes de forme identique. Elles sont allongées, souvent de couleur verdâtre et rehaussées d’un motif cuivré. Le large labelle porte le plus souvent un motif violet contrastant sur fond crème.

  2. Culture des Zygopetalum :


    Les Zygopetalum sont cultivés dans un environnement frais à tempéré. Ils ont besoin de beaucoup de lumière et doivent donc être disposés dans un lieu lumineux à semi-ombragé. En été, ils peuvent être installés à l’extérieur, à l’abri de la pluie, pour éviter les pourritures. Les températures ambiantes régnant dans un appartement sont tout à fait adaptées pendant la floraison (quelquefois capricieuse). Pour favoriser l’induction de nouvelles fleurs, il convient toutefois de placer la plante un peu plus au frais. Il faut observer après la végétation, 2 mois de repos léger.
    • Support et compost :


      Il faut un pot plutôt grand pour permettre le développement des racines, de 2 à 4 cm de plus par rapport à l’ancien. Un compost de granulométrie moyenne, à base d’écorce de pin, d’argile expansée et de sphagnum convient parfaitement.
    • Température :


      Une serre tempérée ou froide convient ; en hiver la température nocturne doit être d’environ 12° C, la journée elle doit être de 14 à 16° C ; en été la température nocturne doit être de 14 à 16° C et la journée, de 21 à 24° C.
      Occasionnellement, les températures d’hiver peuvent descendre à 7 ou 8° C sans problème pour la plante. Pour obtenir de belles floraisons, il faudrait un écart entre jour et nuit de 5 à 8° C.
    • Lumière :


      Elle doit être assez forte (de 20000 à 35000 lux) ce qui correspond à une lumière moyenne à forte, sans soleil direct. Le soleil d’hiver est bénéfique.
    • Arrosage :


      Il doit être régulier et abondant pendant la phase active de la végétation, sans toutefois que le substrat ne reste détrempé en permanence et en veillant à ne pas mouiller les jeunes pousses. Il convient d’observer une légère période de sécheresse entre 2 arrosages. Ensuite, après la végétation, il faut remplacer les arrosages par de légères pulvérisations sur la surface du compost, de Septembre à Octobre. Il faut reprendre les arrosages dès apparition des nouvelles pousses.
    • Hygrométrie et aération :


      Une hygrométrie de 40 à 65 % est suffisante. L’aération n’est pas une obligation du fait du taux faible d’hygrométrie ; elle est seulement à pratiquer lorsqu’il fait très chaud, afin d’abaisser la température.
    • Fertilisation :


      Elle doit être effectuée tous les 15 jours environ, pendant la période de croissance (engrais croissance pendant la pleine végétation ; engrais floraison vers le mois d’août et pendant la floraison).
    • Rempotage :


      Il doit être pratiqué tous les 2 ans, au printemps. Comme les Zygopetalum ont une croissance rapide, il est bon d’utiliser des pots assez larges pour ne pas gêner le développement des racines.
    • Divisions :

      Elles se font de la souche, lors du rempotage, à condition que la plante soit forte (3 à 4 pseudos bulbes non feuillus et 1 à 2 pousses par plante chacune pour ne pas les épuiser).

  3. Hybridations :


    On distingue les hybrides suivants:
    • Zygocolax : Zygopetalum X Colax
    • Zygolaste: Zygopetalum X Lycaste
    • Promopetalum : Promenaea X Zygopetalum
    • Zygomannia : Zygopetalum X Batemannia
  4. Conseil important:


    Les Zygopetalum sont très sensibles à la pourriture : attention à ne pas mettre de l’eau sur la végétation.>/li>
Cet exposé a été réalisé et présenté par Patrice PETIT, Vice-président de la section AAOE de VITRY, lors de la réunion mensuelle du 24 juin 2006.