Le plus souvent, si vos orchidées refusent de se développer correctement, cela provient de la façon dont vous les cultivez. Parfois, vous pensez qu'une maladie ou des parasites empêchent leur bon développement. Bien des problèmes sont dus cependant à de mauvaises pratiques culturales.
TROP D'ARROSAGE :
Symptômes :
Deux choses peuvent se produire quand une orchidée est trop arrosée :
  • Le mélange n'a pas le temps de bien se ressuyer ou de sécher entre chaque arrosage. Les pores et les espaces dans le mélange, normalement emplis d'air, sont constamment pleins d'eau. Sans suffisamment d'oxygène, les racines meurent et la plante se flétrit. Les pseudobulbes, qui sont normalement lisses et rebondis, présentent des rides principalement dans le sens de la longueur. Les feuilles à texture épaisse s'enroulent, se ramollissent et développent des crevasses. Les feuilles fines ne se déploient pas entièrement. Les vieilles feuilles jaunissent et tombent prématurément.
    Un débutant, face à ce comportement de l'orchidée, peut en conclure que celle-ci a besoin de plus d'eau, et non de moins. Il l'arrose donc souvent encore plus et la plante dépérit.
  • La plante affaiblie développe des racines noires (appelées black-rot) dues à un Pythium ou un Phytophtora (Cryptogames). En quelques temps, la plante noircit, généralement à la base, et celle-ci meurt.
Que faire :
Généralement du temps que vous réalisiez que vous avez trop arrosé, les racines et le compost sont à un stade de décomposition avancé. Alors rempotez le plus rapidement possible. Retirez toutes les racines pourries ou noires. Utilisez un compost de granulométrie moyenne à grosse. Les gros morceaux du compost laissent plus d'espaces libres pour une meilleure circulation de l'air, et permettent un meilleur écoulement de l'eau lors des arrosages.
Si la plante n'a plus de racines, utilisez une racine artificielle ou bien tuteurez-la pour qu'elle reste stable dans son pot. A partir de ce moment, assurez-vous que votre compost a eu le temps de sécher avant de pratiquer un arrosage.
Il est possible de placer votre plante dans du sphagnum. La première opération a faire est de nettoyer la plante comme pour un rempotage normal. Une fois cette opération terminée, il est préférable de faire baigner la plante pendant quelques minutes dans un fongicide type ALIETTE.
Egouttez ensuite la plante, et placez-la dans un pot pas trop grand, en tassant bien le sphagnum qui aura été préalablement humidifié. Placez votre plante à la lumière, mais sans soleil direct, ou dans une mini-serre à l'étouffée. Si vous n'avez pas de mini-serre à votre disposition, il est possible de mettre votre pot dans un sac plastique translucide que vous gonflerez d'air.
Suivant les espèces, le temps de reprise est variable. Il faudra donc observer votre plante régulièrement. Quand celle-ci manifestera des signes de reprise, vous pourrez la remettre à son emplacement habituel, et reprendre les apports d'engrais à faible dose, afin de ne pas provoquer de brûlures sur les jeunes racines.
Les résultats sont parfois surprenants. J'ai moi-même vécu l'expérience sur un Phalaenopsis qu'une personne m'avait confié afin de le sauver. La plante avait un système racinaire en très mauvais état et les feuilles étaient molles. Je l'ai immédiatement placée dans du sphagnum compacté. Elle s'est très vite remise, et dès sa période normale de floraison, elle a formé trois hampes florales.
MANQUE D'ARROSAGE :
Quelques personnes ont la tendance inverse, celle de ne pas assez arroser. Elles placent leurs plantes derrière une fenêtre ou à l'extérieur à la bonne saison, et oublient facilement des arroser régulièrement. Symptômes :
Ironiquement, le manque d'arrosage se traduit par les mêmes symptômes que l'excès d'arrosage entraînant la perte des racines. Voir symptômes d'excès d'arrosage. Les feuilles fines comme celles des Miltonia croissent en accordéon. Elles ne se développent pas complètement et restent ainsi.
Que faire :
En premier lieu, bien s'assurer que la plante manque d'eau en soupesant le pot. Si celui-ci est vraiment léger, c'est bien la preuve d'un manque d'arrosage. Faites un bilan de santé des racines. Si celles-ci sont en bon état, appliquez des arrosages plus fréquents, mais sans excès.
Observez votre plante. Les signes de reprise sont :
  • L'apparition de nouvelles racines à la surface du compost.
  • Les nouvelles feuilles qui se développent ne sont plus en accordéon comme les précédentes.
  • La coloration du feuillage est plus intense que précédemment : du vert pale, il passe au vert plus foncé.
Si toutefois aucun signe de reprise se manifeste, vous avez probablement un manque d'humidité ambiante, alors il faudra vaporiser correctement votre plante, tous les matins de préférence, en évitant de mettre de l'eau dans le cœur des pousses, ce qui provoquerait des pourritures.
MANQUE DE LUMIERE :
La lumière est importante pour le développement correct des plantes et pour assurer une belle floraison. Par la photosynthèse, les plantes transforment les rayons du soleil en énergie, qu'elles stockent et utilisent.
Sans cette lumière adéquate, une plante ne peut pas accumuler assez d'énergie pour supporter une bonne croissance et une belle floraison. Les orchidées, comme les autres plantes, ont besoin d'un minimum de lumière pour prospérer.
Symptômes :
Votre orchidées ne reçoit pas assez de lumière si:
  • Le feuillage est vert sombre alors que le système racinaire est en bon état.
  • Chaque nouvelle pousse ou feuille est plus petite que la précédente.
  • La plante est flasque, et d'un aspect faible.
  • La plante ne produit que un ou deux fleurs voir aucune.
Que faire :
II faut apporter plus de lumière à vos orchidées, en faisant toutefois attention à ne pas tomber dans l'excès inverse, c'est-à-dire en lui en apportant de trop. Les feuilles deviennent tendres quand elles ne reçoivent pas la lumière adéquate, et elles peuvent facilement brûler si vous les exposez à des conditions plus fortes en lumière.
Si vous cultivez vos plantes sous lumière artificielle, rapprochez-les des tubes et du centre du spectre lumineux, où l'intensité est plus élevée. Si vous n'êtes pas prêt à faire de la sorte, apportez de la lumière pendant 14 heures par jour en une seule fois, 16 heures seraient préférables.
Si vos tubes sont en service depuis plus d'une année, alors remplacez les le plus rapidement possible. Les vieux tubes perdent beaucoup de leur efficacité.
Les orchidées cultivées sur un rebord de fenêtre doivent être mises sur un autre rebord, avec au moins une à deux heures de soleil direct.
Tournez la plante fréquemment et observez la tous les jours pour voir s'il n'y a pas de brûlures sur le feuillage. Si la plante commence à manifester des signes d'une trop forte lumière, alors apportez un léger ombrage avec un voilage. Au bout d'un mois, la plante s'est habituée à son nouvel environnement et vous pouvez réduire ou retirer le matériel d'ombrage.
TROP DE LUMIÈRE :
Des brûlures sur le feuillage sont la cause directe d'un excès de lumière.
Symptômes :
Des taches jaunes et sèches sur le feuillage sont les premières indications que votre orchidée reçoit trop de lumière. Sur les orchidées à feuillage épais comme les Cattleya, ces taches sont rugueuses et légèrement bombées. Si vous suspectez une plante d'avoir reçu trop de lumière, et que des feuilles sont atteintes, vous pouvez couper celles-ci. Les feuilles qui sont sur le point de la brûlure sont chaudes au toucher. Cela est spécialement vrai pour toutes les espèces à feuilles coriaces.
Si les conditions persistent, les taches jaunes vont grandir et devenir plus nombreuses, puis elles vont devenir noires et quelques fois peuvent se creuser.
Eventuellement les feuilles peuvent tomber. Dans des conditions vraiment extrêmes, la plante peut mourir.
Les orchidées qui ont été dans ces conditions sont brillantes, jaunissent et se rabougrissent.
Que faire :
II faut réduire l'apport direct de lumière, soit en plaçant votre plante dans un emplacement recevant moins de soleil direct, soit en apportant un ombrage. Les taches jaunes arrêtent de se développer et la plante reprend petit à petit sa couleur normale.
Si toutefois, les tissus de la feuille sont brûlés, les dommages demeurent. Si les lésions sont trop importantes, vous pouvez couper la feuille. Lors de la culture en extérieur, il faut être très prudent surtout lors de la sortie de plantes au printemps car celles-ci ne sont pas habituées à un tel changement. En effet, durant la période hivernale, le soleil a une intensité beaucoup moins forte qu'en saison printanière ou estivale. Au printemps, le soleil monte de plus en plus haut dans le ciel et son intensité est de plus en plus forte alors apportez un ombrage à vos plantes surtout pendant les heures les plus chaudes de la journée.
Rappelez-vous que les conditions de culture ne sont pas statiques et qu'il faut être constamment vigilant au changement brutal du temps. De plus, observez régulièrement vos plantes. Avec un peu d'expérience, vous verrez tout de suite si vos plantes reçoivent trop ou pas assez de lumière.
TEMPÉRATURES TROP BASSES :
Lorsque la température arrive à 0°C, des cristaux de glace se forment dans les tissus de la plante, détruisant ainsi les cellules. Des températures plus basses peuvent causer des dégâts fatals aux orchidées, bien que certaines puissent supporter des gelées de l'ordre de -5°C sans subir de dégâts. Symptômes :
Après une exposition de quelques heures au gel, les tissus de l'orchidée deviennent mous et noirs. Cela peut toucher une feuille comme toutes les parties de la plante, y compris les racines, et pendant une nuit trop froide, la plante peut être détruite complètement.
Souvent en cultivant les orchidées à des températures trop basses, elles peuvent être affaiblies et sont plus sensibles à des maladies cryptogamiques et des bactéries.
Que faire :
Des températures basses sont surtout à craindre pendant la période hivernale. Si vous avez des orchidées encore cultivées en extérieur à cette saison, et que les températures baissent sensiblement, il est préférable de les rentrer dans un local à une température de 10°C environ pour toutes les plantes dites de serre froide, mais il ne faudra pas les ressortir le matin au lever du jour. Donc choisissez un local lumineux pour les conservez pendant toute la période de gel.
TEMPÉRATURES TROP ÉLEVÉES :
Sous nos climats, nous sommes souvent confrontés à ce problème en période estivale. Notre climat continental nous apporte souvent des périodes de chaleur. Les orchidées ont aussi une tolérance limitée à des températures trop élevées. Parfois au-dessus de 35°C, les plantes peuvent subir des dégâts irréversibles du fait de la déshydratation des tissus de la plante.
Symptômes :
  • Des températures extrêmes en combinaison avec une forte intensité lumineuse provoquent des lésions sur le feuillage, comme pour l'excès de lumière. Ces deux phénomènes sont le plus souvent associés.
  • Des nécroses se développent et les feuilles tombent. Les nouvelles pousses n'atteignent pas un développement maximal, et les floraisons peuvent être fortement compromises.
  • Des malformations des pousses et des feuilles sont souvent aussi observées. Certaines espèces sont particulièrement sensibles à de fortes températures comme par exemple les Masdevallia. Dans ce cas, il faudra leur trouver un emplacement plus frais pour la journée et la nuit.
Que faire :
Réduire la température est assez difficile, surtout si vous cultivez vos orchidées en extérieur en été.
Pour faire baisser la température :
  • II faut augmenter le mouvement de l'air au maximum, mais par conséquent il faudra maintenir une bonne humidité ambiante par l'utilisation d'un système d'humidification afin de limiter la transpiration des plantes. De plus, le mouvement de l'air limite la formation de poches d'air beaucoup plus chaudes.
  • Il faut réduire l'intensité lumineuse par des ombrages afin d'éviter les brûlures sur le feuillage des plantes.
  • En serre ou en intérieur, il faut mouiller l'environnement immédiat des plantes, l'eau en s'évaporant aide à faire baisser la température.
Il faut aussi sélectionner les espèces qui supportent plus la chaleur que d'autres. Par exemple dans le sud de la France, il est déconseillé de cultiver des orchidées de serre froide, à moins d'investir dans un système de refroidissement de Pair pour la serre.
PAS ASSEZ D'ENGRAIS :
Les orchidées sont rarement de grosses consommatrices d'engrais « si bien qu'elles ne demandent pas des apports copieux réguliers de ceux-ci. Les symptômes d'un manque de fertilisation sont rares et difficiles à identifier.
Symptômes :
  • Le symptôme le plus fréquent dans le manque de fertilisation chez les orchidées se manifeste dans le développement des nouvelles pousses et des feuilles qui sont plus petites que les précédentes.
  • L'ensemble de la plante peut jaunir. Ce phénomène s'observe dans le cas de culture dans des composts inorganiques qui n'offrent aucune nutrition à la plante, tandis que les composts organiques fournissent des éléments nutritifs par leur décomposition.
Que faire :
  • II faut utiliser un engrais adapté à la culture des orchidées en choisissant bien la formule suivant la période de l'année et tenir compte de la croissance de la plante.
  • Il est inutile d'apporter un engrais de croissance pendant la période de floraison par exemple sur les Cattleya.
  • II ne faut pas stocker de l'engrais préparé d'avance car quelquefois il peut y avoir des modifications de la solution qui pourrait être néfaste aux plantes.
  • Il faut respecter les doses d'utilisation et ne surtout pas les augmenter sous prétexte que la plante se développera mieux et que la floraison sera plus abondante, vous arriveriez très vite à un excès de fertilisation.
EXCÈS DE FERTILISATION :
L'excès de fertilisation est fréquemment rencontrer en culture d'orchidées par les amateurs. C'est si tentant d'utiliser de bonnes choses, mais trop c'est trop.
Symptômes :
  • Des apports d'engrais trop forts et trop rapprochés provoquent l'accumulation dans le compost des sels minéraux qui ne sont pas absorbés par la plante.
  • Quand les racines entrent en contact avec ces sels, elles subissent des brûlures, elles noircissent et pourrissent.
Si ces conditions persistent, tout le système racinaire peut-être détruit et la plante se déshydrate.
Que faire :
  • Si l'accumulation de sels est faible dans le compost, il est possible de bien rincer abondamment celui-ci par un arrosage à l'eau pure.
  • Si les dégâts sont apparus sur le système racinaire, à ce moment là, il est préférable de rempoter au plus vite votre orchidée en enlevant tout le compost accroché aux racines, que l'on nettoiera comme pour un rempotage normal.
  • Une fois la plante rempotée, arrêtez les apports d'engrais pendant un bon moment. Attendez l'émission de nouvelles racines pour reprendre progressivement les apports à demi-dose. Quand vous observerez une bonne reprise, vous pourrez remettre la dose normale tous les quinze jours ou toutes les trois semaines suivant la période de l'année.
Textes de Gérard Valot.
Extraits du FORUM
bonjour PHILIPPE
mes orchidées sont envahies de cochenilles blanches. Jusquà présent j'avais réussi à limiter la prolifération en traitant avec des coton-tige imbibés d'alcool,maintenent je suis dépassée. On m'avait conseillé le Confidor. A quelle dose faut-il l'employer : 2,5ml pour 5 litres d'eau comme indiqué sur la boite? en pulvérisations? à quelle fréquence? Y a t-il des précautions à prendre vis à vis de mes orchidées? Merci SYLVAINE
Bonjour,
Pour ce qui est des cochenilles, le hasard a fait que nos deux sections de Joinville et de Sainte Savine ont traité ce sujet ce moi de juin. Vous pouvez donc voir les compte rendus de ce mois pour avoir de plus amples précisions. Cordialement. PHILIPPE
Bonjour,
j'ose pas y croire !!! si si je crois que je suis enfin débarrassée de mes cochenilles farineuses !! grâce à.....................l'huile de Neem , après un premier traitement, seules quelques irrésistibles résistent, mais je pense qu'après une seconde pulvérisation oust !!!! enfin j'espère, car ces bestioles hantaient mes nuits (enfin là, j'exagère un peu) mais c'était devenu intolérable !! mais bon, je croise les doigts ! et j'y crois ! - affaire à suivre...ELISABETH
Bonjour,
Super encourageant Elisabeth!!! La guerre contre les vilaines cochenilles est enfin déclarée! Sus aux parasites! D'autres aussi ont-ils badigeonné à l'huile de Neem leurs préférées ? CYRILLE


Voici deux photos relatives aux questions que se pose Viviane à propos de son dendrobium dans le dernier commentaire. Pouvez-vous l'éclairer ?
dendro1 dendro2